Essai

En Extrême-Orient

207px-Jingangjing Xylographie

La xylographie a été pratiquée dès le VIIe siècle en Chine. Les plus anciens xylographes ont été découverts :


Chine :

  • 642 : une peinture datée de 642 dans la grotte no 220, des grottes de Mogao, à 15 km au sud-est de Dunhuang représente des fidèles regardant avec des lampes, sept images similaires aux impressions trouvées dans la grotte no 17, datées de la seconde moitié du VIIe siècle, imprimées en xylographie à l’encre sur papier. Elles représentent un bouddha portant un bol dans ses mains, faisant penser au bouddha de la médecine, Bhaisajyaguru, mais pouvant également être Shākyamuni ;
  • entre 650 et 670 : un exemplaire du Dharani sutra découvert en 1974 à Xi’an, la capitale de la dynastie Tang, au Shaanxi. Un second daté de 690 à 699 reproduit le Snddharma pundarik. Le Sūtra du Diamant, rouleau de cinq mètres daté de 868, livre sacré bouddhique illustré, trouvé en 1907 pans les grottes de Mogao et conservé à Londres (British Library) ;
  • Xe siècle : impression xylographique polychrome sur un thème bouddhiste, Shaanxi, Chine
  • XIe siècle: sous la dynastie Song du Nord, sont imprimés les billets de banques, appelés jiaozi, les plus anciens connus à ce jour. La plus ancienne publicité, imprimée à partir d’une plaque de bronze, date également de cette dynastie ;
  • à partir de 1150 : des billets de banques sont imprimées par la dynastie Jin qui contrôle le nord-est de la Chine.
  • à partir de 1200 : Gengis Khan commence ses raids sur la dynastie Jin et les Mongols récupèrent les techniques.

Corée :

  • entre 704 et 751 : le Dharani sutra de la lumière pure de 63 × 8 cm, découvert en 1966 au temple de Bulguksa à Kyongju ;

Japon :

  • entre 764 et 770 : une autre version du Dharani sutra, imprimé en chinois à un million d’exemplaires, de généralement 6 × 45 cm, avec d’autres prières et scellé dans de petits stûpa en bois par l’impératrice Kōken, appelé aussi Hyakumantō Darani. Plusieurs centaines de ces petits documents nous sont parvenus ;